Pour un esthétique des profondeurs (2)

Pour faire suite à notre article paru sous ce titre dans « Fantasmagie » 2, nous signalerons à nos lecteurs la fondation par le Dr. M. Engelson , il y a quelque sept ans, de la Société pour l’Etude scientifique du symbolisme dont le premier congrès eut lieu à Genève en l’année 1953. Ce congrès se déroula sous l’égide de la pensée d’un René Guenon et d’un Leopold Ziegler, et dan le sens du concept de la tradition intégrale.

Dès 1955 la Société du Dr. M. Engelson organisa ses congrès a Paris tandis que deux société de langue allemande, mais aux objectifs parallèles, vinrent épauler ses travaux. La première, fondée à Bâle en 1955, est la Gesellschaft für wissenschaftliche Symbolforschung, la seconde, fondée en 1957 à Vienne est la Oesterreichische Gesellschaft für Symbolforschung. La société bâloise a déjà tenu quatre congrès, le dernier ayant eu lieu du 23 au 25 septembre dernier.

Pour compléter cette activité en langue allemande, paraîtront d’autre part, aux Editions Benno Schwabe & co, à Bâle/Stuttgart, des annales sous le titre évocateur de Symbolon, Jahrbuch für Symbolforschung. Ces annales paraissent sous la direction du Dr. Julius Schwabe. Le premier tome est actuellement sous presse et comporte le texte de quelque neuf communication faite aux congrès du symbolisme tenus à Bâle n 1955 et 1957. Un deuxième tome est annoncé pour la Noël 1960, et publiera de nombreuses communication faite au troisième Congrès de Bâle.

Dans les pays de langue française, l’étude scientifique – archéologique, philosophique et psychologique – des symboles et des archétypes, ne chôme guère. C’est ainsi que nous pouvons annoncer la parution récente aux Presses Universitaires de France, à Paris, d’une étude magistrale de Gilbert Durand qui traite des Structures anthropologiques de l’imaginaire et qui se veut comme une introduction à l’archétypologie générale.

Autre livre remarquable, paru aux mêmes éditions, est celui de Beda Allemann consacré à Hölderlin et Heidegger. Les chapitres étudiant l’essence du ‘poème et l’historialité du poétique nous paraissent particulièrement pénétrants…

Signalons encore, de Gilberte Angrie, Psychanalyse de la Grèce antique (Paris, Editions Budé) de même que le numéro spécial de la revue Aesculape (mai 1960) traitant de différents aspects de ce que l’article liminaire de Jacques Fouquet appelle Automatismes et Inconscience dans l’Art. Plusieurs psychiâtres et spécialistes de l’Art et la folie, tels que Jean Vinchon et R. Volmat, y ont collaboré avec de étude diverses, mais toutes intéressantes, pour le propos qui nous retient ici.

Terminons pour une référence au livre de vulgarisation artistique de Claude Roy consacré aux Arts fantastiques (Collection Encyclopédie essentielle, Robert Delpire, éditeur à Paris). Certes, le texte de, ce livre est de plus sommaire et des plus superficiel, mais son large plan d’illustration nous propose un assez beau musée imaginaire des art plastiques à travers les temps et les continents, de puis la préhistoire jusqu’à nos jours. De ce point de vue, il complète L’Art Magique d’André Breton, d’autant. plus que la qualité des reproductions fait de ce livre un document dorénavant Indispensable à ceux qui s’appliquent à l’étude de l’art fantastique.

Marc. EEMANS

In : Fantasmagie, no. 3, octobre 1960, p. 34.

Advertenties
%d bloggers liken dit: